Bee




Fromme




      C’est donc par Fromme que nous décidons de commencer notre exploration, après avoir consciencieusement acheté les cartes des trails chez Cove , le shop branché au pied de Seymour. Après 5 jours de roulage intensif nous ne sommes pas mécontents de temporiser un peu. Vu qu’ici on monte sur les bikes on ne fera qu’une descente complète du massif en mixant 3 ou 4 trails classiques entre eux. De plus, l’heure de montée en pédalant permettra d’aborder les premières difficultés du Northshore bien chaud ! Fromme est une montagne vraiment très courue sur Vancouver, on y croise énormément de riders et de rideuses aussi. Tandis que l’on prépare nos bikes sur le parking on voit passer des demoiselles avec leurs gros vélos, leurs sacs bardés de protections et leurs casques, prendre le chemin du sommet. Normal là-bas, ahurissant pour nous !

Parking sur Mountain Hwy

Fromme et sa forêt dense


      La montée est agréable, bien à l’ombre des immenses cèdres de la forêt qu’elle parcourt, la pente modérée permet de grimper tranquillement et sans souffrir avec un gros spad. De surcroît cela permet de jeter un coup d’œil sur les quelques trails qu’elle traverse et de jauger de la difficulté. Ce que nous ne manquons pas de faire évidemment, et c’est comme ça qu’Air Supply nous stoppe. Une ligne truffée de longues doubles qui se prennent avec un maximum de vitesse. Nous ne résistons pas à aller la voir à pied, d’autant que ça permet de faire une pose dans notre ascension. On tombe alors sur un magnifique road gap qui passe par-dessus cette ligne ! Du sommet à la réception, 6 bons mètres, la réception est raide donc parfaite, il est super tentant. Mais c’est notre premier jour dans le North Shore, on ne s’enflamme pas, on poursuit notre montée pour tâter du trail moins engagé mais l’idée d’y aller fait son chemin.



      Il faut compter une heure maximum pour accéder aux trails les plus hauts. Le premier trail que l’on prend s’appelle Seventh Secret, très joli, bien aménagé avec de nombreux log ride (passage sur des troncs), dont certains sont particulièrement longs et relativement hauts. Rien de vraiment difficile car ceux-ci sont plutôt larges mais pour nous qui ne sommes pas habitués à cette façon de rouler cela demande de l’attention, voire énormément pour certains d’entre nous qui laissent là énormément d’influx. Physiquement ces descentes plutôt lentes ne sont pas particulièrement usantes mais mentalement si ! Sorti de Seven Secret on enchaîne sur Pipeline , un trail beaucoup plus rapide et naturel, moins difficile que le premier puis sur d’autres encore jusqu’à retrouver la voiture. Une très bonne entrée en matière.

Passage sur une passerelle

Il fait sombre sur ce trail


       Trois jours plus tard, une partie du groupe revient rider sur Fromme pendant que deux d’entre nous sont restés à Vancouver soigner de petites blessures. Vu le prix des soins ici ils tenteront leurs chances à Chinatown en buvant des potions chinoises et en se tartinant de crème fort odorante et incommodante pour les room-mates. De notre côté, on ne revient pas uniquement pour continuer la visite, on veut tenter ce road gap repéré la première fois. Durant toute la montée on ne pense qu’à ça mais cette fois pas de pose en montant, on continue pour faire le trail qui part du plus haut du spot : Per gynt. Un trail magnifique, tout en naturel , sans stunt, visiblement peu fréquenté vu l’état excellent du sol : du bon humus et du bois en décomposition. Bien caché dans cette forêt hyper dense , il est sombre mais hyper fun à rouler.



      On enchaîne sur Upper Oil Can, un grand classique du North Shore, et de Fromme en particulier, et on comprend vite pourquoi. Ce trail donné pour noir à la base, comporte des variantes double noire bien coton et très techniques. Notamment tout un passage sur des passerelles et des troncs bien longs, avec des passages très skinny (très étroit) bien techniques, ou encore des dalles très raides auxquelles on accède par des troncs haut perchés. Un trail vraiment très esthétique. A la sortie d’Upper Oil Can, pendant que trois d’entre nous filent directement vers le road gap, je remonte un peu avec Ju sur la fireway pour y arriver par Flying Circus, une ligne pro assez incroyable et dorénavant quasiment à l’abandon tant elle est difficile. Même les pro n’aiment pas trop y aller, trop engagée, trop difficile pour être vraiment fun. Sous la torture et pour une vidéo à la rigueur. Nous on est là par curiosité, pour voir jusqu’où ils sont prêts à aller, mais le seul module accessible est un petit hip à droite. On rejoint enfin les trois autres au road gap.

De grands troncs d'arbres

Lud sur le road gap


      Les recos ont commencé et quatre teenagers locaux s’y trouvent aussi. Alors que l’on monte au sommet de la passerelle de lancement pour évaluer la prise d’élan, l’un d’entre eux nous dit qu’il est facile et qu’il peut nous montrer. Il arrive avec énormément d’élan, se satellise et atterrit à plat après la réception en talonnant. Ca jette un froid dans le groupe, on ne se voyait pas arriver si vite, le doute s’installe un peu. Ses autres potes n’y vont pas, l’un d’entre eux tente plusieurs fois sa chance mais stoppe son élan à chaque fois. Je me décide à y aller quand même, en ne prenant que quelques mètres d’élan, le teenager me montre qu’il faut se lancer de plus haut mais après lui avoir expliqué que c’est trop rapide pour moi je me lance, trois coups de pédales sur la passerelle et c’est le point de non-retour, en l’air j’ai le temps d’apprécier, la longueur est bonne je suis pile dans le récep, je me pose en douceur, c’est trop bon.



       Gérald se lance juste derrière moi et le pose parfaitement également. C’est au tour de Ju, il se tâte, hésite, n’est par sûr de son coup. Celui qui coupe son élan à chaque fois lui explique qu’il est déjà venu des dizaines de fois sur ce saut et qu’il ne s’est jamais lancé. Il pense qu’il l’a regardé trop de fois maintenant et qu’il ne le fera probablement jamais. Bizarrement cette phrase fini de décider Julien , il part illico avant d’être contaminé par ce mal. Pour lui aussi la longueur sera parfaite, et l’atterrissage sans souci malgré un léger zigzag. C’est tout excité par ce vol que l’on finit notre descente par Oil Can, une partie beaucoup plus rapide que le haut du trail, les arbres défilent, on est sur un nuage.

Gérald pensif

Sur le final, tout s'accélére


      .Sur le bas on prend les Trails au hasard, sans vérifier les noms sur la carte pour ne pas couper l’excellent rythme dans lequel on s’est installé, de toute façon on trouvera bien la caisse ! Nous reviendrons encore une fois sur Fromme lors de ce trip, pour notre dernier jour de ride in BC, histoire de refaire ce beau road gap en guise de session rattrapage pour les absents du premier coup et aussi parce que Noël de Knolly voulait nous montrer son trail préféré. Mais on se le garde pour plus tard, pour l’histoire de cette folle dernière journée.


FROMME




Sommaire  /  Etape précédente  /  Suite du trip


La Bee ConneXion
Copyright © 2006 - Tous droits réservés